Histoire de l'église d'Allaire

C'est une longue histoire .
Elle date des premiers siècles du christianisme.
Sans doute de la période où des saints sont venus évangéliser notre région, les plus connus étant Saint Clair, puis Saint Martin, ainsi que Saint Jacut ou Saint Guénolé, au Vème siècle.
Longtemps, Allaire demeura le seul centre religieux de la région.
En 868 , les normands , en guerre contre les bretons, dévastèrent l'église d'Allaire et toute la région .
Ils pillèrent également le monastère de Redon.
En tant que roi de Bretagne, Alain le Grand possédait tous les plous (paroisses autrefois) de la région .
Il résidait à Rieux, entouré de sa cour.
Il mérita son surnom à la victoire qu'il remporta sur les normands, près de Questembert.
En mai 878, il tomba gravement malade. L'évêque de Nantes lui apporta l'extrême-onction. Il promit, s'il guérissait, de rendre au monastère de Redon, le plou d'Arzon.
En juin, ayant retrouvé la santé, c'est dans l'église d'Allaire qu'il ratifia cette donation, en présence de l'évêque de Nantes qui était resté près de lui.
Rieux était le centre militaire mais n'avait pas d'église.
Allaire était le siège des autorités religieuses. C'est pourquoi, cette donation importante se fit à l'église d'Allaire, en présence d'une grande foule.

La première église d'Allaire remonte à une époque très ancienne : avant le huitième siècle.
Longtemps elle demeura le seul centre religieux de la région.
De cette église carolingienne, il ne reste que la " balay ".

*La BALAY qui peut aussi s'écrire la " ballet ", est le petit porche ou auvent qui se trouve au sud de notre église actuelle.
Ce petit toit, à deux pans , appelé encore " chapitret " se voit à l'entrée de bien d'autres églises.
Les bancs de pierre que l'on voit encore de chaque côté, le long des murs, servaient de sièges pour les réunions du conseil de paroisse, appelé " général ".
A la sortie de la messe, les fidèles pouvaient assister à ces réunions où les notables prenaient les décisions importantes.
Souvent, il contenait aussi un ossuaire et abritait des statues de saints. On y voit aujourd'hui deux gros bénitiers, taillés dans le granit, de chaque côté de la porte.

En 1675 Messire Daniel Le Vaillant décide de reconstruire son église.
Cette restauration fut en grande partie financée par Gabriel de Kervérien, sieur de Vaudequip.
De cet édifice il ne subsiste que la partie ouest.
La différence de style est frappante entre cette partie et le haut de l'église.
En franchissant le porche ouest, on pénètre dans le narthex où se trouvaient les fonds baptismaux avant leur transfert dans le haut de l'église à une date récente. C'est de là que participaient les catéchumènes jusqu'à une date pas si lointaine.
De cette église il ne reste à l'intérieur que la statue de saint Gaudence, évêque de Brescia en Italie, patron de la paroisse et celle de saint Yves. Elles sont placées de chaque côté du choeur.
En 1867 l'église fut restaurée dans la partie est : le choeur et le transept. Cette partie a une voûte ogivale de style gothique.
Les chapiteaux des colonnes sont ornés d'entrelacs.

Dans le chœur les vitraux représentent les mystères joyeux :
Côté nord : Annonciation et Visitation
Côté sud : Nativité et Présentation au Temple ;
Au fond : La Sainte Vierge tenant l'enfant Jésus et Joseph avec Jésus près de lui.

Le grand vitrail du milieu représente différentes scènes de la vie du Christ :
A gauche, la Cène :institution de l'Eucharistie et la Crucifixion : Marie et Jean au pied de la Croix
A droite : Jésus remis à sa Mère et Jésus sortant vivant du tombeau.
Tout en haut : l'Agneau pascal, symbole du Christ

Les vitraux de cette partie de l'église représentent saint Joseph et des scènes de la vie de Jésus (nativité), de la vierge (annonciation, visitation, couronnement).

Les deux vitraux, plus étroits, nord-est et sud-est représentent l'Assomption de Marie.
Dans le transept , on voit les 4 chapelles d'Allaire
Côté nord : Saint Marc et Sainte Barbe avec, an centre, l'histoire de Sainte Anne et de Nicolazic
Côté sud : Saint Etienne et Saint Eutrope avec, au centre , Saint Gaudence.

D'autres vitraux représentent les saints patrons de nos chapelles :
sainte Barbe (chapelle de 1484, restaurée en 1715),
saint Eutrope (chapelle située route de Vannes, contemporaine de celle de sainte Barbe),
saint Etienne au bois payen chapelle édifiée en 1576),
saint Marc à Laupo (début du 15e siècle).

A la sacristie se trouve une vierge à l'enfant en bois datant du 15e siècle et un reliquaire contenant des restes de saint Eutrope, saint Benoît Labre... avec les certificats attestant leur authenticité.
Il y a encore un siècle, un cimetière entourait l'église.

En 1889 pour l'aménagement de la place il fut supprimé.
Quelques pierres tombales portant un calice, sépultures d'anciens desservants de la paroisse se voient encore au sud-est de l'église.
Il en existe une autre, à l'intérieur de l'église... le nom, malheureusement est caché par un confessionnal, mais la date du décès 1747, nous enseigne qu'il s'agit de Joseph Gilles MOTO de la villeder décédé recteur d'Allaire.

En pénétrant dans la nef, on remarque tout de suite la différence de style entre les deux parties de l'église.
Dans la partie du fonds, donc côté ouest, la voûte et le dessus des ouvertures sont arrondis, en plein cintre rappelant les églises romanes.
Il faut monter deux marches pour entrer dans la partie nouvelle , entre les statues de Sainte Anne et de Sainte Thérèse.
Il reste deux statues de cette époque, à l'intérieur de l'église actuelle, placées de chaque côté du chœur : celle de Saint Gaudence, le saint patron d'Allaire, évêque de Brescia, en Italie et celle de Saint Yves.

En 1867, le Conseil de Fabrique (organisme chargé de gérer les biens de l'église paroissiale) obtient, après maintes péripéties, de restaurer cette église qui en avait bien besoin.
C'est de cette époque que date la partie est : chœur et transept. Cette partie a une voûte ogivale de style gothique, soutenue par des piliers.

Les 4 CLOCHES furent installées en 1949 et électrifiées en 1955.

Les VITRAUX présentent aussi une très grande différence entre les deux parties

La nef ancienne a quatre vitraux :

Côté nord:
Le premier représente une tiare et les mots " Tu es Petrus " (Tu es Pierre)
Le deuxième, un pélican , symbole du Christ

Coté sud :
le premier, les symboles de l'eucharistie avec l'inscription " Corpus Christi " (le Corps de Christ)
Le deuxième, une grappe de raisin et un épi de blé et les deux lettres : alpha et oméga, première et dernière lettre de l'alphabet grec .

Dans le transept , on voit les 4 chapelles d'Allaire

Côté nord :
Saint Marc et Sainte Barbe avec, au centre, l'histoire de Sainte Anne et de Nicolazic (voir ci-dessous l'histoire des chapelles)

Côté sud : Saint Etienne et Saint Eutrope avec, au centre , Saint Gaudence.
Les deux vitraux, plus étroits, nord-est et sud-est représentent l'Assomption de Marie,
*En 1946, Le Maître-autel ou RETABLE , beaucoup plus récent donc, a été consacré par Mgr LeBellec. Le curé-doyen d'alors étant le Chanoine Lamour.
Décoré de mosaïques, il représente un paysan qui offre une gerbe de blé à la Vierge Marie ayant les yeux tournés vers la croix qui surmonte le tout, croix celtique stylisée. La porte du tabernacle, en mosaïque également , représente un cœur et une croix et porte l'inscription: " dilexit me " (il m'a aimé).